Des photos choquantes d’un bébé nu et impuissant sur un escalier et tout le monde l’ignore!

À Manille, un enfant a été trouvé nu, dans les escaliers, comme abandonné. Un homme a capté l'indifférence totale des passants à son égard.

3271

De nos jours, tout le monde est si pressé, si intéressé que par sa propre personne et si habitué de voir des personnes vivre dans la misère que plus rien ne semble nous faire d’effet.

Un bébé vulnérable se retrouve seul, abandonné et nu sur un escalier sale au passage inférieur de la mairie de Manille. Les gens passent devant le bébé comme s’ils étaient sourds, muets et aveugles.

Ces photos choquantes ont été prises par A.J. Laberinto, de Manille, en mai 2014, mais les images donnent encore des frissons dans le dos. Les photos montrent que le cœur des gens n’était pas touché par la situation, personne ne se souciait de l’enfant, du fait qu’il soit vivant ou pas.

ntd.tv

 

 

C’est fend littéralement le coeur…

A.J. Laberinto

Personne n’a même arrêté…

A.J. Laberinto

Certains ont simplement regardé le bébé…

A.J. Laberinto

Est-ce ça, le comportement humain?

Laberito, qui a posté les photos sur Facebook, déclare:

«J’étais là, avec mon téléphone cellulaire en main, tournant le coin lorsque j’ai vu l’enfant. Vous voyez, je venais de prendre quelques photos de ce qui se passait en face de moi un peu partout à Manille. Donc, j’étais là, et pendant plusieurs secondes, le bébé est resté allongé sur le sol, pas mourant, mais plutôt endormi. Les passants ayant vu trop d’enfants de la rue et de mendiants savaient déjà comment réagir: ils se sont simplement éloignés. Après avoir terminé de prendre les photos, j’ai ensuite demandé à des visages familiers dans la foule, les gens qui vivaient réellement près de ces escaliers, quant à l’endroit où étaient les parents de ce bébé. Et voilà, une femme légèrement vêtue de vêtements sales s’est installée et a immédiatement emmené le bébé. Tout cela en quelques secondes. J’ai d’abord acheté la nourriture pour l’enfant, en passant, il y a quatre jours et il vit encore dans les rues, le seul lit pour dormir qu’il n’a jamais connu.»

Quelle tristesse, qu’est-ce qui nous est arrivé? Est-ce que nous sommes devenus si insensibles et froids? Tentons tous d’aider à ramasser les morceaux, toujours en rappelant que l’organisme de bienfaisance commence avec nous-mêmes. Ouvrons nos propres cœurs aux membres défavorisés et vulnérables de nos communautés.


Source: ntd.tv